23/03/2021

BLOG | En quoi un dataware complète idéalement les applicatifs Oracle EPM Cloud ? - RETEX Dalkia

Par Yannick Jolli

Dans ce troisième article sur notre retour d’expérience technologique de notre projet Dalkia, nous faisons un focus sur la partie intégration dans les SI à travers un complément qui se révèle indispensable : une base de données relationnelle.

La technologie de la plateforme EPM Cloud est exclusivement basée sur le moteur Essbase, stockage multidimensionnel, excluant la mise à disposition de technologies relationnelles dans la souscription. Dans les architectures BI classiques, Essbase et base relationnelle cohabitaient en tant que “DataWare” et “Datamart” avec des liens natifs et performants. Ces termes semblent désormais “vintage” à l’heure du Big Data mais les usages demeurent.

Le projet Dalkia nous a montré que pour répondre aux multiples usages d’un projet d’ampleur, il semble indispensable de compléter la plateforme Oracle EPM d’une technologie complémentaire relationnelle. Tour d’horizon de ces usages clefs pour le troisième volet de notre retour d’expérience du projet Dalkia.

 

Intégration avec le SI client : La base relationnelle comme point d’ancrage de l’EPM Cloud

Le prérequis le plus simple et naturel pour ancrer un applicatif EPM dans le cloud au sein d’un système d’information passe par la mise à disposition d’un serveur interne, qui va se transformer en “véritable hub”. Accompagné de l’utilitaire EPM Automate (ou des API équivalentes), il va permettre d’harmoniser les méthodes d’envoi, de facilité la maintenance, ainsi que la sécurité des données avant envoi.

Ce serveur Intermédiaire que l’on nommera dans le contexte STID (Serveur de Transfert des Informations et Données) contient aussi une base de données relationnelle Microsoft SQL Server que l’on utilise pour la base de données, ainsi que l’ETL SSIS, et la partie planning de l’agent SQL. Choix technologique classique, pouvant être Cloud via Azure ou On Premise.

 

Volumétrie & EPM : Des solutions applicatives

L’EPM Cloud n’a plus peur des fortes volumétries. Comme décrit dans les premiers épisodes de ce RETEX Dalkia, l’architecture BSO/ASO répond aux problématiques de finesse d’analyse et de construction des données. La granularité est donc la même entre notre base relationnelle et l’EPM Cloud.

 

Voir plus